L’innovation, quelle émotion !

Affect dans l'innovation

Pascal Pizelle est parti animer des ateliers de créativité et d’évaluation à Bangkok et à Grenoble. Au-delà de la transmission des connaissances, il questionne le rôle de l’affect dans les processus de création appliqués à l’innovation. Impressions.

Ce sont des rendez-vous privilégiés des acteurs de l’innovation : les « écoles d’été », inspirées par HEC Montréal et son pôle Mosaic essaiment un peu partout dans le monde. Ici les chercheurs, étudiants et entrepreneurs partagent leurs réflexions et leurs méthodes créatives au service de l’innovation. Une occasion rêvée de penser ensemble… « sans exclure l’émotion » nous dit le président d’Ixiade.

Comment s’est traduite votre participation à ces deux événements ?

Ixiade s’implique à différents niveaux en tant que partenaire de ces événements. Nous y voyons une opportunité d’échange entre professionnels propre à nourrir nos réflexions et aussi l’avenir de la pédagogie à travers des méthodes d’enseignements véritablement innovantes. Personnellement, j’ai eu le plaisir d’animer deux ateliers. A Grenoble, j’ai souhaité envisager l’élaboration collective d’un concept innovant dans le domaine du sport. A Bangkok, l’atelier visait à évaluer l’acceptabilité d’un produit innovant.

Pourriez-vous décrire le déroulement d’un atelier type ?

Chaque atelier est assez différent selon le contexte. Cependant il y a une ligne de conduite qui est définie par la méthode. Pour mesurer l’acceptabilité d’un produit ou service innovant, nous utilisons la méthode CAUTIC® qui définit précisément des critères d’évaluation. A Bangkok en l’occurrence, j’ai considéré les participants comme des usagers potentiels et leur ai demandé de « se mettre en scène » – entre parenthèses, le fait que soient représentées 8 ou 9 nationalités différentes a constitué un défi intéressant dans la conception de l’atelier ! – Pour ce test, j’ai choisi le produit « Echo » récemment mis sur le marché par Amazon. Il s’agit d’un objet interactif – il « écoute »  et « il parle » – à installer chez soi. Comme avec les smartphones, l’idée est de questionner oralement l’objet, qui est censé nous fournir des réponses en informations ou en services. Cela peut aller de « quel temps fera-t-il demain ? » à « j’aimerais me faire livrer une pizza ». Passées les considérations sur l’aspect esthétique ou fonctionnel, le groupe a témoigné d’un sentiment plutôt négatif (possibilité d’être écouté chez soi, donc potentiellement espionné). Et on voit comment les facteurs humains et sociaux sont primordiaux dans la capacité des usagers à s’approprier un changement technologique. C’est d’autant plus important que dans 90% des cas, les usagers commentent uniquement l’aspect fonctionnel lorsqu’on leur présente un nouvel objet. La méthode que nous utilisons permet d’aller au-delà. Et c’est je crois cela qui a véritablement marqué les participants à cet atelier : produire un objet beau, fonctionnel et à l’heure des tendances actuelles ne constitue pas une garantie de réussite commerciale. A la différence d’une conférence magistrale, un atelier participatif permet de faire comprendre et ressentir cet état de fait.

Comment mieux prendre en compte l’humain dans le développement de produits innovants ?

Il s’agit en fait de mesurer l’attractivité d’un produit ou service, c’est-à-dire sa capacité à générer des émotions chez l’usager. Dans ce cas il semble intéressant d’intégrer la dimension affective dans le processus même de la création de concept. A titre d’exemple, j’ai mené dans le cadre de l’École d’Hiver de la Créativité à Grenoble un atelier d’élaboration collective de concepts innovants. Nous avons utilisé une méthode ludique développée par Ixiade et qui intègre la dimension émotionnelle dans le processus de conception. Notre défi fictif : imaginer une solution totalement innovante pour qu’à l’occasion d’évènements sportifs, les spectateurs et le stade tout entier vibrent d’émotion grâce à des moyens de communication renforcés, au-delà des moyens habituellement mis en en œuvre par les individus (gestes, cris, applaudissements, etc.). Dans cet atelier, il s’agissait pour moi de mobiliser des moyens visant à stimuler l’enthousiasme et l’intelligence collective des participants. L’objectif était de montrer qu’une démarche créative nécessite un processus, des moyens, des outils, des compétences d’animation, un rythme, mais aussi une posture de chacun qui passe par l’acception des idées des autres et d’un certain nombre de règles de comportement, de sortir des schémas habituels en s’autorisant une certaine  prise de risques. Finalement, les professionnels présents ont été véritablement bluffés par les résultats obtenus. Il est vrai que lorsque les conditions sont réunies, le potentiel créatif du collectif est très largement supérieur à celui d’un individu… ou d’une somme d’individualités.

Depuis 2012, Ixiade fait partie du consortium international PROMISING dont le rôle est de favoriser l’innovation pédagogique dans les formations dédiées à l’innovation. L’entreprise s’implique aux côtés de HEC Montréal, des universités de Grenoble et de Bangkok, du Conservatoire des Arts et Métiers et du CCSTI.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Archives

Articles les plus populaires